Jeux du printemps

C'est un soir de Mai
Que je l' ai rencontrée
Dans ses cheveux soyeux
La lumière du printemps
Et dans ses yeux si bleu
Le bonheur d' un enfant.
Mon coeur battait si vite
Que je cru un instant.
Que cet amour d' un soir
Durerait bien longtemps
Mais ce n' était là
Que le jeu du printemps
Qui pareil à l' oiseau
Et porté par le vent.
Je la quittais portant
A l' heure du jour nouveau,
Tout en lui promettant
De la revoir bientôt
Mais ce n' était là
Que l' adieu d' un amant
Qui pareil à l' oiseau
S' envole dans le vent.

(Mai 1972)

Michel Unternehr